Livres

Avec Jean-Luc Nancy, Signaux sensibles, 2016

 

signaux sensibles

 

Deux philosophes s’entretiennent sur la situation et sur la signification de l’art aujourd’hui : ce que son nom veut dire désormais, ce que, bien loin d’être un nom désuet, il nous donne à penser de neuf. La pensée très élaborée de Jean-Luc Nancy sur ce sujet est reprise mais aussi continuée au cours d’une discussion où Jérôme Lèbre s’interroge avec lui sur la meilleure manière de saisir l’engagement du corps sensible dans l’activité artistique et l’approche des oeuvres, la relation de l’art à la technique, à l’histoire, sa modulation en arts traditionnels et nouveaux, sa position actuelle vis-à-vis de la religion, de la politique et de la littérature.

France culture

Les Caractères impossibles, 2014

Tout ce qui rend quelqu’un vraiment unique, tout ce qui appartient à son être, au-delà de son apparence physique, constitue son caractère. Le caractère est le sens que l’on donne communément à l’être singulier, et c’est pourquoi l’on parle tant de lui. Qu’est-ce alors qu’un caractère impossible, insupportable ? Celui qui se confronte à son existence forcément finie ? Celui qui manque de qualités ? Passant en revue les traits de caractère, de la bêtise à la folie, et les caractères in- supportables, des invivables aux destructeurs, tout en s’interrogeant sur la transmission des caractères dans la famille et l’éducation, leurs indices, leur permanence, leur articulation avec les personnages fictifs, Jérôme Lèbre nous tend un troublant miroir.

Préface de Jean-Luc Nancy

La page des libraires

toutelaculture.com

Les Inrockuptibles

Le Magazine littéraire

France culture

France inter

Europe 1

 

 

Derrida, La justice sans condition, 2013; trad. en espagnol, 2015

 

derrida trad espagnol

« La loi est la loi » : cette phrase ne dit rien mais elle fait sens. Elle n’est qu’une phrase, toutefois elle a une force, elle est même l’expression de la force, tout en établissant sans le dire une différence entre la loi juridique et la loi du plus fort. C’est précisément cette différence que l’on attend de la justice, dans les conditions d’exercice du droit et au-delà. Derrida, engagé dès son enfance dans un corps à corps avec la langue et la nationalité françaises, choisit la philosophie pour cette exigence de justesse et découvre en elle l’exigence sans condition de la justice, différenciant en son nom le droit et la force qui l’institue. Indéconstructible, traçant la limite de ce qui peut se dire, la justice résiste alors aux pouvoirs des langues et des nations, se dissémine dans les lois grecques et juives, naturelles et positives, antiques et révolutionnaires, nationales et internationales. Elle remet en jeu l’histoire de la pensée et de la politique, dissociant toujours le présent de ce qu’il devrait être. La justice ne se présente jamais comme telle. La loi est toujours la loi. Mais il faut traduire, on peut traduire : « la déconstruction est la justice ».

France culture

France culture (2017)

toutelaculture.com

 

 

Vitesses, 2011

Hermann 250 pages – 14 x 21 – 2011

L’accélération des transports et de l’information donne le sentiment que tout va trop vite, et de plus en plus vite, jusqu’au temps lui-même. Mais cette impression générale de vitesse absorbe sans vraiment rassembler le mouvement local, la perception de l’espace et du temps, l’expérience de l’écriture ou de la pensée. Elle risque de nous laisser aux prises avec une vitesse unique qui n’est qu’une ombre projetée par un impensé : celui de la valeur profonde de la lenteur, du repos, des racines et de la Terre. Cet essai vise à combattre cet impensé et à insister sur la pluralité des vitesses. Il défend l’idée que toute vitesse se mesure sur le fond incommensurable d’une vitesse infinie, qui n’est de l’ordre de l’expérience que si l’expérience elle-même (donc aussi l’impression de vitesse) n’est pas univoque. Contre l’attente d’une catastrophe généralisée, il entend préserver l’imprévisibilité des événements et la survenue à contretemps de chaque invention.

France culture

Salon du livre de Tanger 2013

Le Monde

 

 

 

 

 

2008

Généralement considérée comme un moment mineur du système de Hegel, l’analyse y occupe cependant une place étrange. Cette activité qui décompose des représentations, des objets ou des concepts est à l’origine des faux départs et des faux mouvements de la réflexion ; mais elle permet également de condenser les acquis de l’anthropologie, dévoilant l’appropriation du monde extérieur par un sujet vivant et connaissant. Enfin, elle offre une vue originale sur la dialectique elle-même.

La présente étude accorde une attention particulière à deux paradoxes : premièrement l’analyse est d’une telle immanence qu’elle rend compte de son objet par une suite de propositions identiques, et n’explique donc rien. Deuxièmement, elle est si formelle qu’elle semble valable pour tout type d’objets, mais dénature la singularité de chacun. Il s’agit alors de voir comment Hegel justifie ces paradoxes au nom de la lutte contre les totalités indécomposables, et les déjoue : il montre en effet que l’analyse infinie ne dégage pas des caractéristiques abstraites, mais sélectionne les  moments où les oeuvres rendent compte de leurs auteurs, les points où s’expriment des décisions individuelles, libres et nécessaires.

 

 

2002

Comment accueillir ce -ou celui- qui arrive sans inclure l’événement dans une totalité conceptuelle, politique ou esthétique ? Cette question traverse la philosophie française contemporaine, dont les réponses multiples impliquent toujours une relecture critique de Hegel. Limitée aux lectures de trois auteurs (Deleuze, Lyotard et Derrida), la présente étude tente de montrer comment s’éprouve la résistance du système hégélien, dans un contexte où ce qui résiste ne peut être simplement nié.

 

Direction d’ouvrages collectifs

 

Dissertations sur la passion, 2004

 

passion

 

Dissertations sur la croyance, 2003

 

croyance

 

Actes du colloque Représentation de l’espace, répartition dans l’espace : sur différentes manières d’habiter, 2000

 

 

 

 

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>