présentation du cours master I

16 mars 2012 §0 commentaire

Les versions singulières du monde : l’individualité moderne dans (et hors de) la Phénoménologie de l’esprit de Hegel.

Le monde n’est pas toujours spirituel, et ne l’est sans doute pas quand son fonctionnement impersonnel broie des existences et épuise les possibilités de penser et d’agir. Donc s’il est un esprit du monde, il ne repose pas sur la pétition de principe d’un réalisme résigné, mais sur l’exigence de sens qui demeure en chaque être singulier alors même que le monde ne s’y prête pas. C’est ce que Hegel nous dit dans la Phénoménologie de l’esprit, en un enchaînement de figures individuelles  engageant un conflit ouvert avec la réalité : le personnage hédoniste, le héros révolté, la conscience vertueuse. Hegel puise dans la littérature pour faire ressortir ces figures qui dessinent progressivement le portrait de l’individu moderne. Il dialogue ainsi non seulement avec Kant, mais aussi avec Goethe, Schiller et les écrivains romantiques ; il s’interroge sur la place du cœur, la fin des héros, les modes d’une résistance à l’injustice évitant ces deux écueils que sont l’héroïsme et la folie. A l’horizon, se trouve la possibilité, encore problématique, de faire œuvre et de légiférer pour soi-même. Il est alors clair que la réconciliation avec le monde est à la fois ouverte et différée plusieurs fois, laissant à l’être singulier un écart, une marge de manœuvre, qui porte le nom inusable de liberté.

Le séminaire réinscrira ces figures (situées dans la section « Raison » de la Phénoménologie) dans le mouvement d’ensemble de la Phénoménologie de l’esprit. Puis il les étudiera plus en détail, en interrogeant la relation que le texte philosophique entretient avec la littérature et la poésie (et donc en se référant aussi aux Cours d’esthétique de Hegel), et en tenant compte de celle qu’il entretient pour nous avec des textes ultérieurs menant jusqu’à la philosophie contemporaine (Benjamin, Lacan, Blanchot, Philippe Lacoue-Labarthe, Jean-Luc Nancy).

Bibliographie principale:

Hegel, Phénoménologie de l’esprit, trad. Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Aubier, 1991 (en entier, avec une insistance particulière sur la section Raison : V, A et B, pp. 247-297).

Hegel, Cours d’esthétique II, trad. Jean-Pierre Lefebvre et Veronika Von Schenk, Aubier, 1996 (La forme artistique romantique, pp. 119-229)

Hegel, Cours d’esthétique III, trad. Jean-Pierre Lefebvre et Veronika Von Schenk, Aubier, 1997 (La poésie, pp. 204-540)

Goethe, Faust, édition au choix, par exemple en poche (GF).

Schiller, Les Brigands, édition au choix, par exemple Aubier.

Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’Absolu littéraire, Seuil, 1978.

Bibliographie secondaire:

Benjamin, « Le caractère destructeur », in Œuvres II, trad. coll., Folio 2000.

Blanchot, « La littérature et le droit à la mort », in La Part du feu, Gallimard, 1949. « Réflexions sur le nihilisme », « l’Athenaeum », « La fin du héros », in L’Entretien infini, Gallimard, 1969.

Jean-Luc Nancy, Hegel, l’inquiétude du négatif, Hachette, 1997.

Lacan, Propos sur la causalité psychique

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>